© 2018 LUC Rugby 

September 8, 2019

April 27, 2019

March 30, 2019

November 10, 2018

November 3, 2018

October 27, 2018

October 20, 2018

Please reload

Recent Posts

[COUPE] Lausanne UC - GePLO | Nyon

November 4, 2016

1/7
Please reload

Featured Posts

LUC vs CERN

April 14, 2018

 

 

  En cette magnifique après-midi au bord du lac, sur le #PluBôTerrainDuMonde, le LUC recevait ce samedi le CERN dans une ambiance estivale et décontractée. Les badauds, joggers, barbequioueurs, et autres flâneurs en tous genres peuplant les alentours de la place forte du LUC allaient bientôt se voir happés par le spectacle des corps mâles transpirants s’entrechoquant sous les clameurs des supporters avinés et des coachs s’époumonant dans l’indifférence générale.

  

  L’après-midi commença comme d’habitude par le match d’excellence A, avec une feuille de match bien complète, 23 joueurs motivés pour se racheter de leur défaite d’un point aux mains d’Avusy la semaine passée. Le match commence comme c’est beaucoup trop l’habitude pour la réserve, par le LUC acculé contre son en-but, à défendre à tour de bras sans parvenir à sortir de son camp. Heureusement que la défense toujours solide des universitaires permet de n’encaisser aucun point. Finalement après presque 25 minutes de jeu, le LUC sort enfin de son camp. Très belle entame du CERN qui n’était visiblement pas venus sans intentions à Dorigny.

 

  Après quelques phases dans le camp adverse, le LUC commence à trouver de l’avancée, et c’est sur une action un peu confuse mais efficace, que les locaux aplatissent un ballon cafouillé par le CERN mais toujours en jeu. Probablement pas le plus bel essai de la partie, mais une fois les compteurs débloqués, (et une petite gueulante de Didiététique) les joueurs du hibou vont perdre un peu la pression et se mettre à jouer dans l’ordre. 7-0

 

 

  Pour finir la mi-temps sur une meilleure note, les LUCiens vont même doubler la mise avant la sirène, avec un ballon vite relevé d’un ruck sur le côté gauche pour exploiter un léger trou dans la défense adverse. Après 2 offloads d’école, Canette s’en va atterrir de manière aérienne dans l’embut. 12-0

 

  Les coachs sont loin d’être heureux de la première partie du match, mais le début de deuxième mi-temps va leur rendre le sourire. Le LUC Joue à l’endroit, commence par quelques vols en touches, des mauls bien construits et pénétrants, un jeu d’arrière de plus en plus juste, et finalement le premier essai de la mi-temps sera volé honteusement aux avants par les danseuses avides de gloire et de femmes faciles, Rouponne et Mathias se précipitant dans le maul à 2m de l’embut comme un chalutier à la sortie du No-Name. Heureusement le Karma rattrape le plus chauve des deux qui s’encouble avant d’atteindre le maul, perdant ainsi sa dignité aussi vite qu’il gagnera la couille du match. 19-0

 

 

 

  Le LUC continue sa montée en puissance et c’est maintenant au deuxième bonze survolté de se mettre en évidence, « Ronflex le sage » commence son festival de percée, snipant au bord des cellules d’avants l’espace et se faisant servir dans le timing. La légende voudrait qu’il ait parcouru plus de terrain balle en main dans ce match que tous les autres joueurs réunis. Malheureusement pour lui puisque rien ne ressemble plus à un crâne qu’un autre crâne, le titre d’homme du match sera décerné par CERN à Rouponne… Ah, et essai aussi ! 26-0

 

 

 

  Le match devient de plus en plus facile, les CERNiens sont crevés, les LUCiens déchainés enchaînent les bons choix, et sur les dernières 15 minutes, le CERN ne semble plus voir le ballon, les essais s’enchainent, et le score monte jusqu’à un essai de la mèche à la dernière minute, score final, 59-0.

 

 

  La foule grandit, la chaleur monte au bord du terrain, les effluves du sang des adversaires terrassés au combats au fil des ans remontent des entrailles du terrain, et dans l’excitation générale, un coup de sifflet strident perce le brouhaha des anciens avinés et des nouveaux qui le seront sous peu, le match de LNA démarre enfin.

 

  Celui-ci est de la plus haute importance, une victoire permettrait au LUC de cesser de regarder en dessous au classement et de s’assurer une fin de saison sans le spectre du maintien. Les joueurs du LUC étaient prévenus, et sont rentrés sur le terrain pleins de gaz. Certains peut-être même trop, puisque c’est à la 5eme minute (oui c’est tôt) que Philou laisse exploser son surplus de générosité au plaquage, au-dessus de la ligne des épaules et avec force, la règle est formelle, c’est carton rouge. Plus une pénalité convertie, 0-3

 

  Le LUC est comme abasourdi par ce fait de jeu, et se laisse directement surprendre sur un maul en suivant. 0-10. Andrew passe temporairement à la pile mais les CERNiens sont trop forts dans cet exercice, et le LUC est obligé de sortir un troisième ligne pour faire rentre Joseph et tenter de stabiliser l’édifice. C’est Matbutu qui est contraint de laisser sa place, visiblement peu enjoué de la nouvelle après 10-15 minutes de jeu seulement…

 

 

 

  Les arrières remettent les universitaires dans le matchs en perçant la défense des atomiques et en ramenant le jeu à la main dans leur camp. Une pénalité s’ensuit, le LUC revient doucement à 3-10, mais 2 minutes après rends la politesse. 3-13.

 

  Le LUC cafouille ses ballons, et en plus de sa supériorité numérique, donne beaucoup de munitions au CERN. Ceux-ci en profitent pour camper dans le camp des locaux, et finalement parviennent à faire la différence. Essai transformé, 3-20.

 

  Les universitaires savent qu’ils n’ont pas le droit de baisser les bras, le discours de mi-temps va dans ce sens. Les joueurs rentrent encore plus déterminés dans cette deuxième mi-temps, et commencent à mettre en place leur jeu, à gommer les erreurs. La première récompense viendra très tôt dans la deuxième mi-temps, une pénalité facile, 6-20.

 

 

  Les locaux mettent de plus en plus de pression en défense et plus de concentration en attaque. C’est finalement d’une erreur bien exploitée par Clément puis Geoffrey que viendra un essai tant attendu par le LUC. 13-20

 

  Le match commence à devenir tendu, le LUC récupérant une pénalité dans la minute qui suit, 20-16, il semblerait que l’espoir commence à changer de camp. Mais presque directement sur le renvoi, le LUC remet CERN dans le match d’une faute inutile. 16-23

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  A 10 minutes de la fin, le match commence à être vraiment crispant. Les deux équipes croient en leurs chances, et c’est finalement sur une pénaltouche ratée des atomiques que le LUC peut lancer un contre de 80m. Armand lance les hostilités, la gonfle est relayée jusqu’à Jaune qui perce, le support intérieur est au rendez-vous avec Edward, puis Didier, puis finalement Geoffrey qui finit superbement l’action. 23-23

 

  Le match commence à se jouer au premier qui craque. Il reste peu de temps, et c’est finalement le CERN qui commet une faute dans son camp. La pénalité est à la limite de distance du buteur, mais les universitaires optent pour la tenter quand même, tester sa bonne étoile. Le frappe est belle, mais juste un peu trop courte. Sur l’action suivante, c’est CERN qui hérite d’une pénalité et en fera bon usage. 23-26.

 

  Le LUC n’a pas abdiqué, et même à 10m de sa ligne sur une des dernières actions qui pourrait leur enlever le bonus, les avants volent le ballon en touche, puis obtiennent une pénalité sur mêlée, jouée vite, mais la réussite ne sera pas au rendez-vous cette fois-là. Finalement cette défaite laisse un goût amer. Il en manquait très peu, et le carton rouge de la 5ème minute coute sûrement 3 points au classement au LUC. Il faut maintenant aller prendre des points contre les leaders du championnat pour assurer la fin-de-saison. Grosse désillusion.