© 2018 LUC Rugby 

September 8, 2019

April 27, 2019

March 30, 2019

November 10, 2018

November 3, 2018

October 27, 2018

October 20, 2018

Please reload

Recent Posts

[COUPE] Lausanne UC - GePLO | Nyon

November 4, 2016

1/7
Please reload

Featured Posts

LUC vs Stade Lausanne

March 24, 2018

 

La galerie photo se trouve ici : https://lucruby.wixsite.com/match-luc-vs-sta-1/page

 

  Samedi 24 Mars 2018, le jour se lève sur Dorigny, un grand soleil vient éclairer le plus beau terrain du monde et ses alentours. La brume matinale se dissipe, les canards s’ébrouent au loin tandis ce que les cygnes viennent se pavaner sur les rives, inconscients qu’ils sont de la terrible bataille qui se prépare en ce jour. 143 jours depuis la dernière fois que leur terrain de jeu avait été envahis un samedi par des hommes beaux et virils, 3432h qu’ils n’avaient pas entendus les invectives des supporters LUCiens modérément avinés, 205'920 minutes depuis la dernière 3ème mi-temps au bord de l’eau. C’est fini.

 

  En cette magnifique première journée retour du championnat, le LUC recevait le voisin et rival du Stade Lausanne, pour un derby qui s’annonçait explosif après les mois de préparation physiques de Coach santé, les entrainements et stages sous pluie, neige, et températures immoralement basses… Le club avait doublement misé sur ce match, puisqu’en plus de toute la chaleur naturelle du Derby, le comité avait décidé de faire de ce jour le lancement de son XV d’or, une association regroupant les illustres anciens du club qui veulent encore s’engager et vibrer avec les joueurs actuels. Une magnifique brochette de légendes se trouvait au premier rang, prêt à chanter et à invectiver dès le premier match de l’après-midi.

 

  Ce premier match, comptant pour l’Excellence A, commença sur les chapeaux de roues comme souvent pour la réserve du LUC, avec une magnifique feinte du regard (ou serait-ce de la mêche ?) de Stanny qui s’en va inscrire le premier essai en coin. Mais comme souvent aussi, la suite est un peu plus dure, le LUC fait des fautes, beaucoup de fautes, et le Stade montre qu’ils ne sont pas venus pour faire de la figuration en envoyant des vagues successivent d’avant contre le mur universitaire. Finalement les hommes du hibou se mettent à la faute, le stade ne se fait pas prier et convertit, 05-03.

  Le LUC finit par retrouver son rugby au bout d’une dizaine de minute d’erreurs de mains et de choix face à un stade encore gaillard, en s’appuyant intelligemment sur ce qui marche en ce début de partie, les avants, les mauls, fixer l’adversaire suffisamment avant de lancer les rapides dans l’espace, et c’est fait, avec Seb Davis qui marque. Il est rapidement suivi d’un maul sur la gauche du terrain qui finit dans l’en-but, et en toute fin de première mi-temps, un autre maul cette fois sur la droite qui amène le bonus.

  A la mi-temps, le LUC qui allignait en ce jour deux équipes de 23 se permet de tourner largement, et de donner du temps de jeu aux plus jeunes. Le début de mi-temps amène le 5ème essai du LUC sur un toucher au sol dégueulasse du capitaine, qui en profite pour sortir et laisser la place au grand Ludo Gro-godze, qui prends le capitanat. Avec tous les changements, le jeu devient un peu plus brouillon, mais avec des fulgurances, comme la première chistera du mac magnifiquement réussie par Clément, suivie de près par une passe au pied ratée sur un 4 contre 1 sur l’aile qui lui assure la couille du match. Le contrat est rempli, Stanny s’offre une dernière chevauchée pour exhiber son soin capillaire et venir planter son doublé, le stade est vaincu, 44-03, Il ne reste plus qu’à gagner en LNA.

 

 

 

  Le match de LNA démarre avec un terrain bondé comme jamais, les supporters LUC-iens tellement nombreux que le stade s’expatrie de l’autre côté du terrain. L’ambiance est festive, et le match commence avec l’intensité attendue. Malheureusement le début de match, ponctué d’erreurs des deux côtés, tourne à l’avantage des Stadistes sur un beau « cross-kick » pour l’ailier qui capte et s’en va marquer en coin. 0-7.

 

  Le LUC joue face au soleil, et le stade l’exploite à merveille avec des chandelles et des renvois que le LUC peine terriblement à rattraper, les supporters comptent entre 6 et 8 de ces ballons haut ratés (selon le nombre de bières déjà consommées je suppose), mais en tout cas, la réception de chandelles s’apparente à un remake de « Fritz the dog who can’t catch »

 

 

  Malgré ces erreurs, le LUC reste dans le match grâce à une excellente défense et une mêlée extrêmement conquérante. Le stade est de mieux-en-mieux contenu, et les premières attaques LUCiennes près de la ligne voient les joueurs locaux commettent quelques en-avants et erreurs qui ne permettent pas de passer devant. La domination en mêlée permet finalement de récupérer une belle pénalité face aux poteaux, La Crampe convertit, 3-7

  Les hommes du hibou continuent à pousser, et c’est finalement Groão qui passe tout droit dans la défense du Stade, accélère nuque au vent, et nous montre à tous qu’il sera bientôt le talonneur le plus rapide de Suisse. 10-7

  Mais le stade revient à la charge, construit sur plusieurs temps de jeu en essuie-glace un surnombre à l’aile, et en profite joliment, 10-14 après transformation, le LUC ne parvient pas à faire le break, malgré un jeu au niveau, mais beaucoup trop de déchet. Seule une pénalité permet aux locaux de faire avancer le score, 13-14, ça sera le score à la mi-temps.

 

  Le début de deuxième mi-temps voit un peu de turnover dans les rangs, avec l’entrée de Bastien en 9 et de Swaggy en 3ème ligne, qui injectent de la vitesse dans les attaques du LUC. Les actions s’enchainent et le stade commet des fautes, La Crampe en profite pour mettre les LUCiens devant, 16-14.

 

  La mêlée maintient le LUC dans le match en l’abreuvant de pénalité, surtout que les 5 minutes suivantes se passent intégralement dans les 22, les universitaires n’arrivent pas à se dégager, mais gagnent mêlées sur mêlées, jusqu’à ce que l’arbitre sorte un jaune (pas le nôtre) pour le pilier droit du stade. Surnombre numérique en vue ;-)

 

  Sur une mêlée au 5m adverses, le LUC marque enfin ! Kiki part dans le petit côté, hésite à balancer une chistera aléatoire, mais se ravise au dernier moment pour aller percuter avec le ballon dans le dos dans un style disons peu académique, il parvient quand même à conserver, et c’est Hugo (je crois) qui marque sur un magnifique plongeon de 10cm. 23-14, le match prends une bonne tournure.

 

  Malheureusement le LUC en veut trop et commence à jouer dans son propre camp comme une équipe Fidjienne à 7. Malheureusement le talent n’est pas exactement au même niveau, et nos joueurs offrent un essai gag au stade en leur mettant plus ou moins le ballon dans l’embut tout seuls sans défenseurs autours. Le stade n’hésite pas et prends l’offrande, 23-21, le public est en furie, Ludo et Jérôme aimeraient aller taper tous les joueurs individuellement, et on entend au loin le cri effrayant du Romin en colère.

 

  Le LUC remet du sérieux dans son jeu, et sur une belle combinaison à l’aile JM – La Crampe – JM, celui-ci s’en va aplatir l’essai de la remontée. 30-21.

  Tout s’enchaine, Swaggy perce au centre du terrain, et raffute tout ce qui bouge, tiens sur ses jambes, et s’en va aplatir entre les poteaux après une course de 25m. Au loin, on entend Dr. Dick éructant des syllabes incompréhensibles et joyeuses. 37-21

  Clément veut lui aussi participer, et sur une relance du Président (Gloire et honneur) épaulé du Grapitaine (Terreur et désolation), Clément nous gratifie d’une feinte de coup de pied qui laisse son adversaire pantois, et s’en va aplatir entre les poteaux. 44-21

 

  Sur la dernière action, pénalité vite jouée par Geoffrey, suivi de Hugo, qui relance à Geoffrey qui va aplatir. 51-21, score final. Les soutiens gorges volent, les anciens entonnent des « mais il est où le Stade », Richard s’empare du drapeau du club et fait des tours de terrains, la joie est à son comble. Anciens, nouveaux et joueurs de la réserve se retrouvent sur le terrain pour un dernier discours. La journée a été belle, la troisième mi-temps peut commencer !

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Follow Us